Version mobile

Impromptus

Des coups de cœur et des coups de sang dans des textes courts et improvisés, à l'image des fameux "Propos" d'Alain ; des réflexions souvent empreintes de colère sur des faits historiques, des comportements sociaux, des réactions politiques, des règles de conduite.

Nos enfants de la patrie sont de moins en moins nombreux. Nos couples de Gaulois et de Francs, quand ils ne sont pas homosexuels, lésinent à procréer. Ce n’est pas le cas de leurs envahisseurs qui profitent au maximum de nos chères allocations familiales dont la renommée a fait le tour du monde.

Les jours de gloire s’estompent dans notre mémoire collective. Nos chérubins de la patrie ont fini par ignorer qui étaient Vercingétorix, Charlemagne, Roland de Roncevaux, Bayard, Louis XIV, Napoléon, et même De Gaulle.

La célébration à Paris du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918 qui a mis fin à la guerre de 1914-1918 s’est accompagnée d’un grand nombre de parades de toutes sortes.

Louis XVI était très intelligent mais ce n’était malheureusement pas un homme d’action.

Elle figure dans les rêveries de Jean-Jacques Rousseau qui ne pouvait concevoir qu’une démocratie directe, seule susceptible de donner le pouvoir au peuple.

Ils sont légion dans l’histoire universelle ces être très particuliers qui ont le don de se faire adorer par la multitude et ainsi le pouvoir de lui faire faire n’importe quoi.

Que l’on se rassure ! Il ne s’agit pas d’une tribu sauvage d’Indiens ou bien d’une cohorte de cousins des pieds nickelés.

On constate depuis quelque temps que les hommes ont tendance à se laisser pousser la barbe.

Un homme vient d’être condamné à six mois de prison ferme pour avoir tué un chat.

Le premier de ces faisceaux, c’est la dégénérescence de l’environnement terrestre.

Ils sont un certain nombre, de part et d’autre du Rhin, à regretter amèrement que la France et l’Allemagne ne constituent pas une seule et unique nation, entourée des moyens et petits États de...

Il ne leur restera plus que leurs yeux pour pleurer.

« Le nationalisme, c’est la guerre ». Cette définition a été émise par notre Président quelques semaines avant de quitter ses fonctions.

Les grandes douleurs sont une taille qui permet à l’homme de ne point pourrir trop vite en son âme.